Money Walkie, le porte monnaie connecté pour les enfants

Money Walkie, le porte monnaie connecté pour les enfants

Money Walkie, le porte monnaie connecté pour les enfants 1000 523 Altyor

Raphaël Leprette est cofondateur de Money Walkie, une jeune start-up française qui a créé un porte-monnaie connecté destiné aux enfants. Altyor, partenaire industriel du Walkie, est parti à la rencontre de cet entrepreneur passionné.

Dix minutes avec...Raphaël Leprette de Money Walkie

Altyor, un partenaire pour la conception et la fabrication

Money Walkie et Altyor collaborent ensemble depuis les débuts de leur aventure. Dans le cadre d’un ScaleUp program, Altyor a réalisé la l’ingénierie mécanique du produit. Aujourd’hui, Altyor assure la production en série du walkie sur ses lignes d’assemblages. « La rapidité des réponses (…) et les feedbacks techniques d’Altyor ont permis d’améliorer l’expérience client et c’est sur ce point que le produit marque sa différence aussi. » souligne les fondateurs de Money Walkie.

ALTYOR : Alors, Raphaël, les 13 premières années de ta carrière étaient dans le domaine des finances, d’abord chez HSBC puis chez EY. Et après un passage d’un an dans une jeune société spécialisée dans les vins et spiritueux, tu as créé ta propre start-up, Money Walkie.
Le Walkie est un moyen de paiement sans contact, principalement destiné aux enfants, offrant un moyen simple et sécurisé aux parents d’initier leurs enfants à la gestion de budget.
Le Walkie, en quelques mots, qu’est-ce que c’est ? Et quelle a été l’inspiration derrière ce projet ?

RAPHAËL : Alors, en fait, le Walkie, c’est plutôt bien résumé, c’est un tout petit objet qui se présente sous la forme d’un petit galet qui tient dans la main qui peut se revêtir de petites coques, qui vous permettent de personnaliser l’expérience autant que vous voulez. Donc voilà, on a créé toute une série de petites coques, qui vont du perroquet jusqu’au panda et qui est un moyen de paiement qui permet de réaliser des achats du quotidien chez n’importe quel commerçant physique dès lors que celui-ci est équipé d’un terminal de paiement sans contact.

Et le tout est relié à une application qui est embarquée sur le téléphone portable du parent, donc le parent peut depuis cette application recharger avec sa carte bancaire ou par virement le petit porte-monnaie de son enfant et suivre en temps réel l’ensemble de ses dépenses. Ça veut dire qu’à chaque fois que son enfant va faire une opération, va aller acheter un pain au chocolat, il va recevoir automatiquement une petite notification qui lui indique qu’elle a été l’opération.
Dans l’application, vous retrouvez tout un contenu éducatif également avec des petites tirelires qui permettent aux enfants d’apprendre justement à économiser et également une application qui permet d’apprendre le don et d’apprendre que l’argent ne sert pas uniquement à être dépensé ou thésaurisé mais qu’il permet également d’aider les prochains.

Et le début de l’aventure, en fait, est assez simple. On est parents dans l’équipe, on a plusieurs enfants et quand nos enfants ont commencé à grandir, on s’est posé la question de savoir comment leur donner de l’autonomie et comment leur permettre de se promener avec un petit peu d’argent de manière sécuritaire. Et on a regardé un petit peu sur la place. Il y avait pas vraiment de solution. On voulait absolument que ça soit quelque chose de simple qui permette d’éviter qu’il soit perdu, qu’il ne puisse pas se le faire voler et qui leur permette d’avoir cet argent à disponibilité et qu’on puisse le recharger et surtout, même quand ils étaient pas avec nous.

Donc comme on n’a pas trouvé de solution, on est parti un peu dans une création, purement et simplement, de Money Walkie, qui permet de combler tous ces problèmes-là, et qui permet également de sensibiliser les enfants à l’apprentissage de la consommation responsable et de les sensibiliser à l’apprentissage de la gestion d’un budget, de l’économie pour savoir comment marche un petit peu cette économie digitale.

ALTYOR : Merci Raphaël, c’était claire et on comprend bien l’importance et l’intérêt de cet objet. Money Walkie, nous avons vu, était partenaire de la dernière opération ‘Pièces jaunes’.
Quel rôle joue Money Walkie dans ce type d’opération ?

RAPHAËL : Alors, comme je l’indiquais, on avait une volonté très forte, celle d’expliquer aux enfants qu’on pouvait faire des choses intéressantes aussi avec l’argent, notamment d’aider son prochain. Donc, on a cherché à s’adosser à des causes et à des partenaires qui sont des causes importantes pour nous.
Donc la première auquel on a pensé assez naturellement, c’était celle de la Fondation des Hôpitaux, qui accompagne les enfants hospitalisés ainsi que leurs accompagnants, donc en mettant en place des projets pour faciliter leur vie quand ils sont hospitalisés, mais également pour permettre aux accompagnants de dormir auprès de leurs enfants quand ces derniers sont immobilisés.
C’est une cause qui nous était chère et on a fait deux choses avec eux. On a créé une petite coque jaune, un petit perroquet jaune, dédiée aux couleurs de la Fondation. Donc quand on a vendu cette petite coque, l’ensemble de la marge était destiné à aller dans la poche de l’association. Et on a permis aux enfants de faire des dons depuis l’application, donc c’est des petits montants de 1, 2, 3€ au profit de cette association, donc ça permettait à la fois aux enfants d’être sensibilisés à la thèse soutenue et défendue par l’information et également de faire ce fameux geste de dons et d’apprentissage de la générosité.

Alors aujourd’hui, on travaille pas uniquement avec la Fondation, on a élargi un petit peu le sujet puisqu’aujourd’hui on a travaillé pendant tout l’été avec Tara Océan, qui est également une superbe cause et qui, comme son nom l’indique, promeut la défense des océans en essayant de sensibiliser justement les plus jeunes au fonctionnement de l’océan et aux risques de la pollution sur tous les êtres vivants, qui intègrent ces environnements-là.

ALTYOR : On comprend la valeur du Walkie pour les parents et les enfants, mais comment est-il accueilli par les commerçants ?

RAPHAËL : On a une petite particularité chez Money Walkie, c’est qu’on est certes utilisable chez n’importe quel commerçant, mais on est également vendu chez certains commerçants. Donc on a déjà plus de 300 points de distribution en France, donc ces derniers, eux, ont très bien compris la cause puisqu’ils sont les premiers ambassadeurs de la marque.
Et le propos, c’est principalement des librairies aujourd’hui, des concept stores pour les enfants, qui le proposent. Et quant au commerçant qui découvre le produit, lorsqu’un petit bout vient à payer chez lui, généralement il y a une vraie curiosité qui s’installe et nous, c’est ce qu’on cherchait à mettre en place. On cherchait à créer une connivence, une connexion entre l’enfant et les commerçants, que ces derniers puissent se parler. Donc généralement, il y a un petit peu de méfiance au début et quand le commerçant voit apparaître ‘paiement accepté’ généralement, c’est plutôt des rires, plutôt des sourires, plutôt beaucoup de questions sur le produit, donc ça se passe très très bien et on a eu beaucoup de feedbacks de la part de nos clients qui disent que leurs enfants étaient très bien accueillis dans leurs boulangeries ou chez leurs épiciers.

ALTYOR : Alors tu offres à tes clients la possibilité de personnaliser leur Walkie par un choix parmi une gamme de coques ludiques et par une gravure personnalisée. Ça crée un capital sympathie pour l’objet. Est-ce le seul objectif ?

RAPHAËL : Alors nous ce qu’on voulait, c’était que les enfants puissent effectivement personnaliser ces petites coques et puissent se balader dans des aventures un petit peu différentes. Donc oui, c’était de créer un lien affectif avec le produit, qui soit le plus sympa possible, le plus personnalisable possible, Donc on y tend. On va créer plusieurs collections de coques par an, on va en créer 3 à 4 nouvelles chaque année. On va faire des partenariats aussi un petit peu plus ciblés.
On étudie d’autres pistes de licences aussi qui pourraient être intéressantes, mais vraiment l’idée, c’est que chacun trouve un petit peu son compte et que la petite fille qui veut payer avec une baleine puisse le faire, au même titre qu’un petit garçon, qui préfère payer avec un panda. Donc chacun puisse trouver un petit peu l’univers qui lui est cher et qui puisse développer ce petit lien affectif avec le produit. Donc oui c’était, c’est principalement l’objectif, c’est de créer quelque chose de ludique, fun et vraiment amusant, qui donne le sourire.

ALTYOR : Tu en es à ta 2ème expérience de start-up et Money Walkie est dans sa 3ème année. Est-ce que tu as des conseils à donner à des startuppers en herbe ?

RAPHAËL : Bonne question. Le choix de ses actionnaires. Je pense que c’est une des choses qui revient très souvent, mais qui est très très vraie. Être vigilant sur les bonnes personnes qui doivent vous accompagner. Il n’y a rien de plus important que d’avoir des actionnaires en qui on puisse avoir confiance, avec lesquelles on trouve le bon équilibre. Je pense que c’est ce qui a été toujours le plus difficile dans toutes les aventures, et même auprès des gens que je connais, qui ont monté d’autres start-ups. C’est le sujet dont on parle très très souvent. Bien répartir le capital en fonction de la valeur ajoutée de chacun et de le faire de manière équitable et juste. C’est à mon avis le plus important. Parce qu’après le combat est long et l’aventure est difficile. Donc si on a en plus ce petit caillou dans la chaussure, je pense que c’est très compliqué de piloter et développer sereinement son entreprise, donc bien choisir les accompagnants.

ALTYOR : Et bien, c’est clair. J’espère que ça aidera certains. On voit aujourd’hui de jeunes entreprises comme Bookinou, par exemple ou Tori qui souhaitent réintégrer l’objet dans le monde réel. Est-ce que ça a été un objectif de Money Walkie ?

RAPHAËL : Nous, on voulait un peu le meilleur des deux mondes, donc on essaie de capitaliser sur l’objet en tant que tel, parce qu’on pense que c’est quelque chose qui a beaucoup de sens et auquel tout le monde est très très attaché. Et de l’autre côté, on voulait également aller chercher le meilleur de la nouvelle technologie en permettant à un enfant de pouvoir suivre ses dépenses. Donc, nous, on pense que les deux se marient plutôt bien ont plutôt du sens. Ça, c’est quand même une tendance de ne pas mettre nos enfants devant les écrans, et une tendance qu’il faut suivre. Mais je pense qu’il faut aussi qu’on leur apprenne progressivement à utiliser des écrans sereinement.
Donc nous on fait, on fait un peu les deux et on est très contents et les gens sont très très très contents de revenir à un objet physique en définitive, et les retours qu’on a sont assez impressionnants. On a un vrai engouement autour d’un objet matériel, notamment pour les plus jeunes, donc je pense que c’était un bon choix pour nous.

Vous avez un projet à nous soumettre ?
logo altyor blanc
Contactez-nous

Ecrivez-nous ici
Vous préférez le téléphone ?
+33 238 250 090

Le siège

121 rue des Hêtres
45590 Saint Cyr en Val
France

Restez connecté

Sur les réseaux sociaux
ou sur notre blog

Découvrez nos offres d’emploi
et rejoignez la Team Altyor

All Rights Reserved ® Altyor | Presse | Politique de confidentialité | Mentions légales | Site Map

    Je consens à ce que ce site stocke mes informations envoyées afin qu’ils puissent répondre à ma requête.
    Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.
    Plus d'options